Jacques Brel - Il nous faut regarder

May we find consolation in the voice and words of Jacques Brel whose 1954 song “Il nous faut regarder” rings as true as ever.
The English translation was written by the singer-songwriter Marc Almond.

Behind the dirt
Sprawled before us
Behind narrow eyes
And faces of fat
Beyond those hands
Opened or closed
That strain in vain
Or raise their fists
Further than frontiers
That barb our path
Further than misery
We must look

We must look at
What is beauty
The grey sky or blue
The women by the stream
The faithful friend
Tomorrow's sun
The flight of the swallow
The boat that returns
The faithful friend
Tomorrow's sun
The flight of the swallow
The boat that returns

Beyond the concert
Of sobs and tears
Of cries of anger
Of men in fear
Beyond the din of
Streets and singers
Of warning sirens
Of swearing porters
Stronger than children
Who recount the wars
And stronger than
The great who've made us make them

We must listen to
The bird in the wood
The murmur of summer
The rising of blood
The mothers' soft songs
The children's prayer
And the noise of the earth
Gently falling to sleep
The mothers' soft songs
The children's prayer
And the noise of the earth
Gently falling to sleep

Derrière la saleté.
S'étalant devant nous
Derrière les yeux plissés
Et les visages mous
Au-delà de ces mains
Ouvertes ou fermées
Qui se tendent en vain
Ou qui sont poings levés
Plus loin que les frontières
Qui sont de barbelés
Plus loin que la misère
Il nous faut regarder

Il nous faut regarder
Ce qu'il y a de beau
Le ciel gris ou bleuté
Les filles au bord de l'eau
L'ami qu'on sait fidèle
Le soleil de demain
Le vol d'une hirondelle
Le bateau qui revient
L'ami qu'on sait fidèle
Le soleil de demain
Le vol d'une hirondelle
Le bateau qui revient

Par-delà le concert
Des sanglots et des pleurs
Et des cris de colère
Des hommes qui ont peur
Par-delà le vacarme
Des rues et des chantiers
Des sirènes d'alarme
Des jurons de charretier
Plus fort que les enfants
Qui racontent les guerres
Et plus fort que les grands
Qui nous les ont fait faire

Il nous faut écouter
L'oiseau au fond des bois
Le murmure de l'été
Le sang qui monte en soi
Les berceuses des mères
Les prières des enfants
Et le bruit de la terre
Qui s'endort doucement.
Les berceuses des mères
Les prières des enfants
Et le bruit de la terre
Qui s'endort doucement.